Rechercher

De l’emprise mentale des croyances ancestrales à la psychologie dite humaniste: le problème c’est de



La psychologie ou l’étude scientifique des comportements est une science négligée en Afrique, il en va évidemment de même pour le recours à l’accompagnement psychothérapeutique dans l’entendement moderne. On affirme que trouver une oreille attentive et emphatique n’est pas un problème sur le continent, d’où une distanciation volontaire et assumée. Même si par ailleurs, le recours tout aussi assumé à un accompagnement par des praticiens à qui l’on attribue des forces surnaturelles de protection et de guérison, est également généralement assumé et fortement recommandé.

Les féticheurs, jeteurs de cauris, tapeurs de sable et marabouts sont extrêmement sollicités et leurs recommandations diverses et parfois complexes sont respectées à la lettre. L’imaginaire collectif adopte leurs dires comme essentielles et ils sont détenteurs de tous les secrets de famille. Ils font et défont à leur guise les intrigues sociétales et sont ainsi source de bonheur ou de malheur individuel et/ou collectif. Il ne s’agit pas de juger le recours à ces pratiques ancestrales et socles de l’imaginaire collectif. Nous souhaitons par contre, dans cette tribune, donner un aperçu de la psychologie dite humaniste, différente de la psychanalyse et du béhaviorisme, pour une meilleure compréhension de la démarche thérapeutique qu’elle offre.

L’approche de l’accompagnement par la psychothérapie consiste à mettre l’écoute, la bienveillance et la compréhension au centre de la relation d’aide. Il s’agit de nouer une relation de confiance qui permet d’établir une alliance thérapeutique offrant ainsi au thérapeute la possibilité de guider par une écoute globale et clarifiant, tout en gardant son impartialité. Par un échange verbal ou par le biais du silence, le thérapeute donne l’opportunité d’aborder les problèmes différemment, et permet au client de prendre conscience de ses responsabilités. Il peut en toute objectivité, abonder dans le sens de son raisonnement ou souligner d’autres déductions éventuelles. Elle favorise le développement du potentiel en mobilisant les capacités dans un climat d’apaisement et de transformation afin de dépasser les moments difficiles tant personnels que professionnels, et de mieux communiquer.


La psychologie humaniste créée il y a 70 ans, et les psychothérapies humanistes qui en découlent, est appelée troisième force de la psychologie. Rappelons que le mot humanisme vient du latin ‘humanitas qui signifie à l’origine culture. Elle se distingue des autres modèles thérapeutiques par l’inclusion de l’importance de l’expérience subjective du client, ainsi que le souci de la croissance positive plutôt que la pathologie. Ne pas être véritablement soi-même est la source du problème.

Les thérapies humanistes ou existentielles (approche centrée sur la personne, analyse transactionnelle, gestalt - thérapie, PNL et d’autres…) s’intéressent à l’équilibre entre le psychisme et le corps. Elles visent une harmonisation de la personne dans ses cinq dimensions principales: physique, émotionnelle ou affective, cognitive, sociale et spirituelle. La psychologie humaniste accorde une haute importance aux principes suivants:

Le potentiel humain L’élan d’accomplissement La responsabilisation de la personne La liberté de l’individu Le respect de la créativité et du développement personnel L’importance de l’expérience, du vécu émotionnel et physique La dimension corporelle L’alliance thérapeutique dans le respect du client

Elle fait de la personne le coeur de son centre d’intérêt et englobe une compréhension de but de la vie, une définition de la santé mentale ainsi qu’une conception des rapports entre la personne et son environnement, dans sa réalité subjective selon ses dispositions, son développement et ses expériences passées. Elle ne s’intéresse pas seulement à ceux qui sont en détresse mais également aux personnes qui vont bien et qui souhaitent évoluer. La psychologie humaniste considère que l’être humain a en lui le potentiel d’aller mieux et de se réaliser pleinement. L’accent est mis sur le présent, sur la capacité de l’individu à prendre conscience de sa situation et à chercher à résoudre ses difficultés. Le rôle du thérapeute est de faciliter l’exploration de soi afin de donner un sens à son monde et de participer à la construction active de son être.


Fatoumata KANE - 2018

© 2019 par Cabinet Lakalita

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Instagram

Créé avec wix.com