Rechercher

« ETRE COACH ET PSYCHOTHERAPEUTE ; UN CHANGEMENT DE PARADIGME ?»



En 2008, j’ai été amené dans le cadre de mon travail à m’intéresser au mentorat et au coaching. J’ai organisé une session de formation en direction de consultants sur ces questions. N’ayant pas les compétences et les ressources nécessaires, l’institution pour laquelle je travaillais a fait appel à un coach consultant. J’ai énormément appris au cours de la préparation, de l’exécution et du suivi de cette formation. A partir de cette date, le concept de coaching a pris de plus en plus de place dans ma réflexion personnelle et professionnelle et j’ai pris la décision de devenir coach. La question qui m’a taraudé touchait le changement et sans doute pour moi à ce stade à un changement de paradigme. A travers ce texte je voudrais partager un parcours de formation, un parcours de vie.

Coaching

Il existe de nombreuses définitions du coaching et elles font toutes références à une relation d’accompagnement d’une personne ou d’un groupe. Je m’intéresse à trois définitions qui de mon point de vue, présentent un intérêt pour ma réflexion.

«Toute relation de coaching poursuit un double but, produire le changement désiré et soutenir les apprentissages de la personne accompagnée pour qu’elle puisse procéder à des démarches analogues sans l’aide de spécialistes»

«Le coaching professionnel se définit comme une relation suivie dans une période définie qui permet au client d’obtenir des résultats concrets et mesurables dans sa vie professionnelle et personnelle. A travers le processus de coaching, le client approfondit ses connaissances et améliore ses performances. »

« Le coaching est l’art de guider des personnes ou des systèmes vers un avenir plein de promesses réalisées, car le coach est celui qui perçoit des opportunités là où les autres ne voient que des obstacles »

Qu’en est-il pour le psychothérapeute ?

Psychothérapie

Les psychothérapies (thérapies par la psyché), trouvent leur origine dans différentes pratiques dont l'analyse psychologique de Pierre Janet, la cure par la parole de Joseph Breuer, l'hypnose puis la psychanalyse. Certaines sources désignent parfois les méthodes des thérapeutes d'Alexandrie dont rend compte Philon d'Alexandrie ou les travaux de Paracelse (1494-1541) comme les premières psychothérapies.

Le sens moderne est dû au psychiatre anglais Walter Cooper Dendy qui introduisit le terme psychotherapeia en 1853. Le terme définitif de psychothérapie aurait été inventé par Hippolyte Bernheim chef de file de l'École de Nancy « qui publia en 1891 un ouvrage intitulé Hypnotisme, suggestion, psychothérapie»

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, le nombre d'approches psychothérapiques a crû de manière très importante. De nos jours, il existe trois groupes de psychothérapies sur lesquelles portent la quasi-totalité des études réalisées : les psychothérapies psychanalytiques (et celles qui en dérivent), les thérapies cognitivo-comportementales et les thérapies systémiques.

La psychothérapie analytique

La psychothérapie analytique a pour but la compréhension de l’origine du symptôme. Elle se différencie de la psychanalyse sur les points suivants : La neutralité absolue classique est maintenue. Le transfert existant est utilisé sans être interprété à chaque fois.

On voit assez souvent une identification faite au thérapeute (image parentale indulgente, bienveillante, sécurisante …).

La psychothérapie analytique possède une indication plus large que la cure psychanalytique.

La Gestalt-thérapie

Gestalt vient du verbe allemand gestalten, qui signifie "mettre en forme, donner une structure". La Gestalt s'intéresse particulièrement au contact : comment entrons-nous en contact avec nous-mêmes, avec les autres, avec notre environnement.

Le psychothérapeute gestaltiste est un spécialiste de ce que nous appelons la "frontière-contact", c'est-à-dire la zone où s'échangent des informations, des désirs, des besoins matériels. Cette frontière est sans cesse mouvante, elle est notre manière d'être au monde, d'être en relation. La Gestalt-thérapie s'intéresse à l'ajustement permanent entre un individu et son environnement.

Dans quel cadre interviennent les psychothérapeutes et les coachs ?

Cadre

Ce terme répond à un grand nombre de définitions, dans le Larousse c’est celle de limite qui répond le mieux à ma thématique.

La définition du cadre de la psychothérapie qui me convient, est celle donnée par le Syndicat National des Praticiens en Psychothérapie (SNPPSY). Elle prend en compte les aspects essentiels de la profession de psychothérapeute et de psychologue :

« Le cadre de la psychothérapie est constitué par le lieu, les conditions matérielles, les règles établies lors du contrat psychothérapeutique, les méthodes utilisées, les références théoriques du psychothérapeute, son éthique. La stabilité et la pertinence du cadre par rapport aux objectifs psychothérapiques sont essentielles au fonctionnement même de la psychothérapie. Le cadre est sécurisant et structurant. Il permet, sans dommages pour le consultant, de s’exprimer librement ou d’expérimenter des états régressifs, des comportements et des états de conscience nouveaux, ou de favoriser la prise de conscience des aspects inconnus de lui-même et de sa vérité. Toute modification du cadre doit faire l’objet d’un nouveau contrat exempt de toute disposition aliénante ou abusive. »

Pour le coaching, le cadre est défini et précisé dans un contrat écrit. En ce qui concerne le coaching en entreprise, celui-ci est co-défini. Le contrat intègre le lieu les conditions matérielles, les règles. L’accompagnement est réalisé sur la base d’attentes exprimées par le coaché. Le coach s’engage à respecter une stricte confidentialité sur le contenu des entretiens.

Une fois le cadre posé quelles sont les personnes destinataires de accompagnements ?

Client

Ce terme est aussi bien utilisé par les psychologues que les coachs, bien que les psychothérapeutes en fonction de leurs formations peuvent utiliser d’autres termes.

Le mot client vient du latin cliens qui signifie serviteur. Ce mot a plusieurs acceptions. Dans la Rome antique, un client était un homme libre qui se plaçait sous la protection d'un patron bienfaiteur, plus puissant que lui. En économie, un client est celui qui prend la décision d'acheter un bien de consommation.

Les terminologies employées pour désigner la personne que l’on accompagne ou que l’on soigne est différente pour les psychothérapeutes et les coachs. Bien que certains psychothérapeutes parlent aussi de clients le plus souvent c’est le terme de patient qui est usité particulièrement quand il existe des liens avec des institutions de soins et de prise en charge.

Dans certaines institutions et courant de pensées le terme patient/client est parfois employé.

Le psychothérapeute et le coach utilisent de nombreux outils commun, cependant l’un d’entre eux constitue le point de rencontre le plus évident.

Empathie

Le dictionnaire Larousse définit l’empathie comme suit : «Faculté intuitive à se mettre la place autrui, de percevoir ce qu’il ressent.».

Carl Rogers définit l’empathie comme «la perception correcte du cadre de référence d’autrui, avec les harmoniques subjectives et les valeurs personnelles qui s’y rattachent, comme si on était l’autre, sans jamais tomber dans l’identification».

La compréhension empathique, c'est être à l'écoute de l'autre en essayant d'approcher et de sentir au plus près l'expérience du sujet.

L’encyclopédie en ligne Wikipédia fournit un complément fondamental à cette définition : « Dans l'étude des relations interindividuelles, on distingue l'empathie de la sympathie, de la compassion ou de la contagion émotionnelle.».

Le coach et le psychothérapeute sont dans la compréhension empathique dont parle Rogers précédemment.

Au vu des éléments présentés que peut-on dire du paradigme ?

Paradigme

Un paradigme est une représentation du monde, une manière de voir les choses, un modèle cohérent de vision du monde qui repose sur une base définie (matrice disciplinaire, modèle théorique ou courant de pensées).

En épistémologie, au début du XIXe siècle, le mot "paradigme" était utilisé pour désigner un modèle de pensée dans des disciplines scientifiques.

En philosophie, un paradigme désigne l'ensemble des éléments qui forment un champ d'interprétation d'une réalité à un moment donné.

En sociologie, par exemple, le terme "paradigme" est employé pour décrire l'ensemble des expériences, des croyances et des valeurs qui conditionnent la façon dont un individu perçoit la réalité et réagit face à ce qu'il perçoit.

En économie, le mot "paradigme" a été fréquemment utilisé dans les années 1980 pour qualifier un contexte, un environnement économique (ex : "changer de paradigme"). Le plus souvent, il s'agissait de donner un aspect fortement novateur à un projet en utilisant un mot prestigieux.

Changement de paradigme ?

Les codes éthiques et de déontologie instruments fondamentaux pour les coachs et les psychothérapeutes

Bien que les professions de psychothérapeute et de psychologue ne soient pas contrôlées en France, les professionnels se sont dotés d’outils pour que l’exercice de leurs professions se fasse dans la transparence et dans l’intérêt du patient et du client. Le respect du client et du patient est indispensable, les différents codes sont des outils qui renforcent la qualité de la relation fondée sur un savoir-faire et aussi un savoir être.

La posture de coach et de psychothérapeute sont tout à fait compatibles

Le coach et le psychothérapeute ne s’exclut pas mutuellement. Il s’agit pour le professionnel qui souhaite opérer un choix de le faire de manière documentée, argumentée et raisonnée. Il est aussi utile d’avoir constamment à l’esprit et durant tout l’accompagnement la bienveillance envers le client et le patient. Par ailleurs, le professionnel exerçant les deux fonctions doit déconstruire et prendre le temps nécessaire à cette opération avant de reconstruire un savoir-faire et un savoir-être intégrant les deux. Je sais que cela est possible et je me sens maintenant en congruence avec les deux fonctions.

Je me positionne dans un modèle du monde qui prend en compte l’Autre, sa demande, sa souffrance et tente avec des méthodes différentes qui conviennent à son questionnement (au moment où il me consulte), de l’accompagner dans une conquête de lui-même.


Yvonne Tavi Ouattara

© 2019 par Cabinet Lakalita

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Instagram

Créé avec wix.com